Naviguer "Colonies"

Afficher 1-20 de 33 résultats
Article

Capitulation de Montréal, 1760

Lors de la capitulation de Montréal aux forces britanniques le 8 septembre 1760, la Grande‑Bretagne réalise effectivement sa conquête de la Nouvelle‑France dans la guerre de Sept Ans. (Cette guerre se poursuivra jusqu’en 1763 alors que la colonie française devient officiellement une possession britannique).

Article

Conquête

La Conquête est l’expression utilisée pour désigner la prise du Canada par la Grande-Bretagne durant la guerre de Sept Ans. Le terme est aussi utilisé pour faire référence aux changements qui en ont résulté dans les conditions de vie des 60 000 à 70 000 habitants francophones et de nombreux peuples autochtones. Québec capitule devant les forces britanniques le 18 septembre 1759, quelques jours après la décisive bataille des plaines d’Abraham. La résistance française prend fin un an plus tard avec la capitulation de Montréal. En vertu du Traité de Paris, la Nouvelle-France devient une possession britannique en 1763. La Proclamation royale de 1763 prévoit des politiques d’assimilation qui ne réussissent pas à s’implanter et qui sont remplacées par les dispositions de l’Acte de Québec en 1774. Bien que l’Acte soit l’un des facteurs de la Révolution américaine (1775-1783), il offre aussi aux Canadiens des conditions de vie désirables qui mènent à une certaine stabilité pendant plusieurs générations.

Article

Esclavage des Autochtones au Canada

L’esclavage des Autochtones incarne, dans une très large mesure, ce qu’a été l’esclavage au Canada. Au moins les deux tiers des esclaves de Nouvelle-France sont des Autochtones. Le nombre d’esclaves autochtones introduits au Canada français diminue après 1750. Lors de l’abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques en 1834, le nombre des esclaves noirs dépasse de loin celui des esclaves autochtones. L’esclavage des peuples autochtones fait partie d’un sombre héritage de la colonisation qui a eu des répercussions sur des générations d’Autochtones au Canada et dans toute l’Amérique du Nord.

Article

Esclavage des Noirs au Canada

Dans le Canada du début de la colonisation, l’esclavage des Africains était un moyen légal qui contribuait à faire fonctionner l’économie coloniale. Pratiqué par des colons et commerçants européens en Nouvelle‑France au début des années1600, l’esclavage a perduré jusqu’à son abolition dans toute l’Amérique du Nord britannique en 1834. Pendant ces deux siècles, les colons de ce qui allait devenir le Canada ont été impliqués dans la traite esclavagiste transatlantique. Le Canada est également lié à l'institution de l'esclavage par son histoire de commerce international. Des produits tels que la morue salée et le bois d’œuvre ont été échangés contre des biens produits dans le cadre d’une économie esclavagiste aux Caraïbes comme du rhum, de la mélasse, du tabac et du sucre.

Ceci est un article complet sur l’esclavage des Noirs au Canada. Pour un résumé en langage simple, veuillez consulter Esclavage des Noirs au Canada (résumé en langage simple).

(Voir aussi Olivier le Jeune; Sir David KirkeChloe Cooley et la Loi visant à restreindre l’esclavage dans le Haut‑CanadaChemin de fer clandestinLoi des esclaves fugitifs de 1850Loi de l’abolition de l’esclavage de 1833Esclavage des Autochtones au Canada.)

Article

Guerre de Sept Ans (résumé en termes simples)

La guerre de Sept Ans (1756-1763) a été la première guerre mondiale. En Amérique du Nord, la Grande-Bretagne et la France se sont combattues avec l’aide d’alliés autochtones. À la fin de la guerre, la France a concédé le Canada (Québec) et l’île Royale (Cap-Breton) à l’Angleterre, ainsi que d’autres territoires. C’est la raison pour laquelle le Canada est une monarchie britannique, mais possède trois peuples fondateurs: Français, Britanniques et Autochtones.

(Cet article est un résumé en termes simples de la guerre de Sept Ans. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, veuillez consulter notre article complet: Guerre de Sept Ans.)

Article

Impérialisme

À la fin du XIXe siècle, plusieurs nations entrent dans une période d'expansion territoriale, souvent appelée la seconde grande époque de l'impérialisme.

Article

La Capricieuse

Premier navire de guerre français à se rendre au Canada après la Conquête, La Capricieuse reçoit un accueil tumultueux à Québec le 13 juillet 1855.

Article

La Grande Paix de Montréal, 1701

Le 4 août 1701, les Français ont conclu un accord de paix avec les Cinq Nations haudenosaunee (iroquois), mettant ainsi fin à près d’un siècle d’hostilités marquées par des atrocités dans les deux camps. Les Haudenosaunee sont autorisés à commercer librement et à obtenir des marchandises des Français à un coût réduit. En échange, ils s’engagent à permettre la colonisation française à Detroit et à rester neutres en cas de guerre entre l’Angleterre et la France. L’accord assure la supériorité de la Nouvelle-France dans le traitement des questions relatives aux Premières Nations de la région. Elle donne également aux Français la liberté de s’étendre militairement au cours des cinquante années suivantes.

Article

La Louisiane francophone et le Canada

La Louisiane, un État du Sud des États-Unis, compte une population diversifiée de 4 533 372 personnes selon le recensement de 2010. Son histoire est liée à celle du Canada. En effet, des Canadiens français en ont entrepris la colonisation au 17e siècle au nom du roi de France; elle a connu ensuite des vagues successives d’établissements, notamment celle des Acadiens après leur déportation par les troupes britanniques en 1755. Aujourd’hui, la Louisiane entretient des relations culturelles surtout avec le Canada, particulièrement le Québec, qui y voit un allié francophone sur le continent américain. Le recensement de 2010 indique que moins de 100 000 personnes âgées de 5 ans et plus parlent le français, ou le français cadien en Louisiane, soit environ 2 % de la population. Les origines diverses de ces francophones reflètent la complexité de l’histoire louisianaise; on y trouve notamment des Autochtones, les Houmas, vivant dans des zones inondables de la côte. Les Cadiens forment la plus grande concentration francophone dans 22 paroisses du sud de l’État, une zone que la Législature de la Louisiane désigne par le terme « Acadiana » (ou « Acadiane » en français) depuis 1971.

Article

Promyshlennik

Russe (le plus souvent un cosaque) pratiquant à son compte le commerce des ressources naturelles, particulièrement la traite des fourrures. Comme le coureur de bois, le promyshlenniki parcourt avec un instinct sûr les cours d'eau, les forêts et les contrées.

Article

Province de Québec, 1763-1791

À la fin de la guerre de Sept Ans (de 1756 à 1763), la Grande-Bretagne entreprit d’organiser les territoires nord-américains cédés par la France dans le Traité de Paris de 1763. Par la Proclamation royale de 1763, la province de Québec est créée à partir de la partie habitée de la Nouvelle-France. Les limites ont une forme rectangulaire de chaque côté du fleuve Saint-Laurent, et s’étendent du lac Nipissing et du 45eparallèle jusqu’au fleuve Saint-Jean et à l’île d’Anticosti. Ces limites sont modifiées par l’Acte de Québec de 1774 pour inclure la zone de pêche au large du Labrador et de la basse côte Nord, et la zone de la traite des fourruresentre les rivières Ohio et Mississippi et les Grands Lacs. Le Traité de Paris de 1783 repousse la frontière plus au nord. Avec l’Acte constitutionnel de 1791, la Grande-Bretagne divise la province de Québec entre le Haut-Canada (prédécesseur de l’Ontario d’aujourd’hui) et le Bas-Canada (dont les limites géographiques comprennent la partie sud du Québec d’aujourd’hui).

Article

Province du Canada, 1841-67

En 1841, la Grande-Bretagne a uni les colonies du Haut et du Bas-Canada en une seule province, la province du Canada. Cette union est faite en réponse aux rébellions violentes de 1837-1838. Le rapport Durham (1839) recommande les lignes directrices pour la création de la nouvelle colonie avec l’Acte d’Union. La province du Canada est composée du Canada-Ouest (anciennement le Haut-Canada) et du Canada-Est (anciennement le Bas-Canada). Les deux régions sont gouvernées conjointement jusqu’à ce que la province soit dissoute pour faire place à la Confédération en 1867. Le Canada-Ouest devient alors l’Ontario et le Canada-Est devient le Québec.

La Province du Canada a été une expérience de 26 ans de coopération politique entre anglophones et francophones. Pendant cette période, ungouvernement responsableest né enAmérique du Nord britannique. En outre, l’expansion de l’échange et du commerce ont fourni de la richesse à la région, ce qui a permis la montée de chefs politiques tels que sir John A. Macdonald, sir George-Étienne Cartier et George Brown d’émerger et la mise sur pied de la Confédération.

(Ce texte est l’article complet sur la Province du Canada. Si vous souhaitez en lire unrésumé en termes simples, veuillez consulter : Province du Canada (résumé en termes simples).)

Article

Quidi Vidi, batterie

La batterie Quidi Vidi a été construite par les Français en 1762. Ces derniers, dans l'une des dernières campagnes de la GUERRE DE SEPT ANS, ont capturé et brûlé plusieurs établissements autour des baies Trinity et Conception dans les environs de ST. JOHN'S (Terre-Neuve).